Dans la peau de Sissi

La plus grosse étape de notre séjour viennois fut le château de Schönbrunn, résidence d’été des Hofsburg et dont l’occupante la plus connue est bien sûr Sissi. Alors, oui, résidence d’été parce qu’ils avaient également une résidence d’hiver, au centre-ville (soit à même pas 5 km de là). On est empereur à fond ou on ne l’est pas !

Afin de bien en profiter, nous avons choisi la formule Gold Pass (40€) qui sie compose de l’entrée à ces différentes attractions :

  •  Grand tour du château (une quarantaine de pièces) –> sans devoir attendre pour entrer et ça, c’est le pied en cas d’influence (on peut parfois patienter une heure) ;
  •  Apfelstrüdelshow : dégustation du célèbre dessert et démonstration animée de sa conception ;
  •  Musée des Carrosses ;
  •  Jardin du Prince ;
  •  Ascension de la Gloriette ;
  •  Maison du désert ;
  •  Tiergarten (autrement dit, le zoo avec les pandas ! :))

Sans oublier la visite du parc du château, ouvert gratuitement au public et qui peut facilement vous occuper deux bonnes heures si vous souhaitez en inspecter tous les recoins !

Alors la question que l’on se pose, c’est est-ce que cela en vaut vraiment la peine ?! Franchement, oui ! Surtout qu’avec le Gold Pass, vous avez un an pour faire toutes les attractions (c’est quasi impossible de tout faire en une journée).

Jour 1

Nous avons commencé notre expédition par la visite du château en lui-même, qui dure une grosse heure et demie avec l’audio-guide. Les différentes pièces sont vraiment bien conservées (surtout les tapisseries, etc.) et cela représente assez bien le luxe dans lequel la famille impériale vivait. Malheureusement, les appareils photos étaient prohibés donc je ne pourrai pas vous montrer l’intérieur (oui, je suis une fille docile et respectueuse moi, quand on dit pas de photo, je n’en fais pas !).

SONY DSC

Le château vu depuis la Gloriette

Après, nos estomacs criant famine, nous avons décidé d’aller manger. Un BON conseil : n’achetez pas votre repas sur place mais prévoyez quelque chose !! Comme c’était canicule, nous n’avions pas osé nous balader d’avance avec des sandwichs. Du coup, nous nous sommes dirigés vers le comptoir situé près des guichets pour acheter un petit casse-croûte. Nous avons dû attendre près de 10 minutes avant qu’un des serveurs présent derrière se décide ENFIN à nous servir (en râlant parce que certaines personnes avaient abandonné leurs sandwichs, ben tiens !). Tout ça pour avoir du pain mou, gras et sucré pour la modique somme de 4€60/pièce. Nous avons pensé abandonner mais n’ayant pas vu la moindre sandwicherie dans les environs en arrivant, nous n’avons pas osé.

Après cette désagréable expérience, nous avons été faire un petit tour dans les jardins privés du Prince : là, rien de bien fameux.  Le tour a été assez vite expédié : ce qui nous a le plus retenu, c’est l’espèce de petite promenade sous une espèce de haie (donc, à l’ombre).

Ensuite, le Chéri a eu envie de réconforter son estomac en allant déguster un Apfelstrüdel tout en apprenant comment les refaire à la maison. Le show était sympa : en grande partie grâce au bagou du pâtissier qui nous a démontré en allemand et en anglais comment réaliser ce célèbre dessert. Très honnêtement, la dégustation ne m’a pas convaincue ! Le morceau de gâteau était servi froid et était franchement écœurant ! Malgré cela, nous ne nous sommes pas laissés démontés et avons retenté l’expérience dans un petit resto, le dernier soir et là, c’était vraiment très bon ! Bon, par contre, une part pour deux, c’est grandement suffisant !

Photo d’illustration du site du château pour l’Apfelstrüdelshow

Il fallait dépenser toutes ces calories absorbées ! C’est pourquoi, nous nous sommes lancés dans l’ascension de la Gloriette. J’avais lu que Sissi mettait une quinzaine de minutes pour se rendre du château au point de vue, situé à l’opposé du grand parc. Je comprends pourquoi ! Et ça, c’est en ligne droite, sans regarder le paysage !

DSC01392

Ho tiens, une ruine !

Nous en avons profité pour nous promener dans ce magnifique parc et découvrir toutes les surprises dont il regorge : statues (hé oui, encore !), fontaines et même une ancienne ruine romaine (créée de toutes pièces pour le plaisir de l’Empereur parce que c’était tendance à l’époque, mais… chut !). Nous avons mis une bonne heure pour arriver au pied de la Gloriette.

SONY DSC

La Gloriette vue de l’entrée du château

Là, n’allez pas croire que vous avez gagné ! Non, non ! Si vous voulez vraiment profiter de la vue (comme sur la 1ère photo), il faut grimper les quelques volées d’escaliers qui mènent au dessus ! Arrivés au sommet, vous avez un peu l’impression que le temps s’arrête et vous n’avez plus qu’à ouvrir grands les yeux et à admirer le paysage ! C’est réellement impressionnant ! Je comprends mieux pourquoi c’était l’endroit préféré de Sissi au château ! Notre première journée d’excursion s’est terminée par un verre sur la terrasse de la Gloriette (bien meilleure marché et bien plus agréable que les autres cafés du château !).

Jour 2

Le surlendemain, nous avons décidé de nous lever de bonne heure (enfin, tout est relatif) pour continuer notre immersion dans le monde magique de Sissi. L’objectif principal étant la visite du zoo et la chasse aux pandas ! 

Le zoo de Schönbrunn est le plus ancien du monde (il date de 1752). L’Empereur avait installé un patio autour duquel s’étendaient les cages de ses fauves. Aujourd’hui, le zoo s’est considérablement agrandi mais le patio et les cages initiales existent toujours ! Cette visite fut très agréable ! Sans doute l’une des plus sympas du voyage ! Les animaux bénéficient d’une relative liberté et tous ne se laissent pas admirer facilement (les lynx, par exemple, sont restés invisibles).

SONY DSC

En attendant de découvrir les vrais…

Nous avons arpenté les allées pendant 3 – 4 heures, faisant des pauses régulières pour profiter de l’endroit. Un pont suspendu dans la forêt vous permet également d’avoir une petite vue sur la ville.

Bon, je l’avoue, j’ai été quelque peu déçue par l’esprit de contradiction de certaines bêtes à poil qui ne souhaitaient pas se laisser admirer mais d’un autre côté, je les comprends  ! Les pauvres n’ont aucune intimité ! Et qu’est-ce que les gens peuvent être stupides et égoïstes ! Dès qu’ils voient un animal, ils doivent se précipiter vers lui en beuglant et en l’aveuglant avec leurs flashs (en plein jour, notez-en l’utilité…). La palme revient quand même à l’imbécile qui, dans la la maison des rongeurs, plongée dans le noir car ces animaux vivent dans l’obscurité, a dégainé la lampe de poche de son smartphone et l’a braquée vers la cage parce qu’il ne voyait pas bien ! Faudrait lui faire ça aussi tiens à lui, le matin quand il se réveille ! Je suis sûre qu’il apprécierait !

Montage_zoo

Quelques-uns des pensionnaires du zoo

Personnellement, j’ai eu un coup de cœur pour les pandas (évidemment ! Même si j’ai dû faire deux tentatives avant de les apercevoir correctement parce que ces messieurs avaient décidé de dormir en tournant le dos à la cage), le koala timide, les zèbres et le bébé éléphant ! 🙂  (oui, je suis une grande enfant)

Après cette charmante promenade, nous avons tenté une incursion dans la Maison du désert, qui est en fait une serre tropicale, mais nous avons vite abandonné : trop chaud !

Nous avons terminé la visite par un arrêt au Musée des Carrosses (là aussi, photos interdites) où sont rassemblées les voitures ayant appartenu à la famille impériale. Là encore, cela vaut le coup d’œil ! Certaines voitures sont vraiment impressionnantes et cela devait être un sacré spectacle de les voir circuler avec leur attelage dans les rues de Vienne ! J’aurais voulu y assister ! Je trouve cependant dommage que le Musée ne soit pas plus interactif ! Il aurait été sympa de pouvoir monter dans une des voitures (même une fausse, reconstituée) pour pouvoir juger de l’impression que devaient ressentir leurs occupants.

Voilà, j’espère que vous aurez apprécié cette découverte de la maison de vacances de Sissi ! 

Je vous conseille vivement de la visiter si vous passez par Vienne ! 

SONY DSC

La vue depuis l’un des ponts suspendus

Publicités

Ce qu’il faut savoir de Vienne et des Viennois

La semaine dernière, Chéri et moi avons décidé (un peu à la dernière minute, il faut l’avouer) de partir quelques jours à Vienne pour changer d’air. Qu’est-ce qui a motivé notre choix ?

  • Tout d’abord, le temps : nous n’avions que 5-6 jours devant nous si nous voulions également profiter correctement de notre Pass 10 jours pour le Brussels Summer Festival.
  • Ensuite, notre haine du monde : avant, nous partions toujours hors saison. De 1, parce que c’est moins cher ; de 2, parce qu’il y a nettement moins de monde ! Mais cette année, vu que j’ai décroché un job dans une école, je n’ai pas le choix : mes vacances d’été sont imposées (bon, je ne vais pas me plaindre d’avoir 5 semaines de congés non plus, soyons honnête). Il nous fallait donc une destination pas trop touristique pour ne pas que nos vacances en amoureux se transforment en cauchemar !
  • Notre envie d’apprendre : partir pour se dorer la pilule sur une plage pendant une semaine et ne rien faire d’autre que des allers-retours entre le bar et la piscine, ce n’est pas trop notre truc. Nous, on aime découvrir ! Nous ne sommes pas forcément fan des musées (cf. dernier argument) mais nous aimons visiter des lieux qui ont une histoire ou simplement admirer de beaux paysages.
  • Et enfin, mes envies de soleil : quand je pars quelque part, je veux qu’il fasse beau ou alors, c’est autant rester en Belgique ! Chéri n’étant pas fan des températures caniculaires et suffocantes, nous avons choisi une alternative à l’Italie ou l’Espagne qui étaient nos choix de départ. Bon, sur ce coup-là, on s’est un peu planté car, réchauffement climatique oblige, nous avons eu droit à une petite canicule surprise (jusqu’à 40°C, yeah!).

Ayant mis tous ces arguments bout à bout, nous sommes tombés d’accord sur Vienne. Alors, cette ville en vaut-elle la peine ?! Clairement oui ! Voici un petit florilège de ce que nous avons appris pendant notre séjour !

1. Vienne et les Viennois sont des survivants

Karlskirche - Eglise construite après que la ville soit venue à bout de la peste.

Karlskirche – Eglise construite après que la ville soit venue à bout de la peste.

Au cours de son existence, la ville a été détruite et reconstruite 3 fois ! Comme dirait Chéri : Vienne, c’est comme la Belgique, toutes les nations lui sont passées dessus ! Mais les Viennois ne se sont jamais laissés abattre et chaque fois, ils ont reconstruit leur ville à l’identique. C’est l’une des raisons pour laquelle les bâtiments sont encore en aussi bon état : la dernière reconstruction date de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

2. Vienne est une ville propre

DSC01364

Palais Hofsburg

L’une des choses qui nous a particulièrement frappés pendant notre séjour, c’est la propreté de la ville : la plupart des façades sont en parfait état, il n’y a que très peu de papiers ou de chewing-gums sur le sol, les graffitis sont assez rares, … Un vrai plaisir pour les yeux !

3. Vienne est une ville verte

Stadtpark

Stadtpark

Plus de la moitié de la surface de la ville est recouverte par des espaces verts, ce qui en fait une ville très agréable ! D’autant plus quand il fait caniculaire et que vous n’avez qu’une seule envie, vous précipiter dans un coin d’ombre et y rester ! Les parcs sont magnifiquement bien entretenus et sont parsemés d’un nombre assez impressionnant de bancs ! D’ailleurs, rien de plus agréable que de petit déjeuner dans les parcs pour bien commencer une journée de visite ! En plus, ils ont installé des fontaines d’eau potable un peu partout, ce qui est absolument géniallissime !

4. Les Viennois aiment les statues

Statues_montage

Mozart – Goethe

Il n’y a pas un parc qui ne possède pas sa statue de musicien, d’homme de lettres ou d’homme politique célèbre ! Un petit jeu sympa : essayer de deviner qui est représenté ! Pas toujours facile, vous pouvez me croire !

5. Les Viennois aiment le mélange des genres

SONY DSC

Hundertwasser Haus

Côté architecture, à Vienne, vous verrez un peu de tout : le moderne fricote avec le néo-classique, le gothique pointe régulièrement le bout de son nez, Otto Wagner a laissé sa marque sur de nombreuses façades, … Bref, un vrai plaisir pour les amateurs !

DSC01341

Ancienne station de métro dessinée par Otto Wagner

6. Vienne se visite aussi de nuit ! 

DSC01409

L’opéra

Etant donné que les Viennois ne font pas n’importe quoi, ils ont terriblement bien pensé l’éclairage de leurs bâtiment historiques ! Il faut donc absolument faire un tour du centre-ville de nuit pour assister à un spectacle assez impressionnant !

7. Vienne a été envahie ! 

Montage_invaders

MuseumQuartier – Nachtmarkt

Tout comme Bruxelles et d’autres grandes villes du monde, Vienne a été envahie par les Space Invaders ! Chouette idée de balade que d’essayer de les retrouver !

8. Vienne est une ville qui vit ! 

DSC01387

Festival du film

Nous avons été agréablement surpris par le nombre d’initiatives culturelles qui étaient organisées dans la ville alors qu’on est en période creuse pour le tourisme. Clairement, Vienne vit encore par et pour ses habitants, ce qui est de moins en moins souvent le cas des grandes villes touristiques ! Par exemple, durant toutes les vacances, un festival de film-opéra est organisé dans le parc de l’hôtel de ville : chaque soir, un opéra est projeté gratuitement sur un écran géant et tout autour, des stands de boissons et de nourriture sont installés pour le plus grand plaisir des noctambules (mmmh, Mojito !).

De même, les rues commerçantes piétonnes qui bordent le Stephansdom regorgent de cafés et de restaurants où se retrouvent Viennois et touristes jusqu’à des heures assez tardives !

Le MuseumQuartier, quant à lui, est le point de chute des jeunes viennois : il regorge de cafés sympas où boire des verres et surtout, sa grande place centrale est occupée par d’immenses canapés sur lesquels on peut s’installer pour profiter du beau temps !

9. Les transports en commun viennois sont un pur bonheur ! 

DSC01397

Sculpture vélo du MuseumQuartier

Fréquente utilisatrice des transports en commun bruxellois (merci, la Stib !), je peste régulièrement contre leurs retards, leur décrépitude ou leur saleté ! A Vienne, rien de tout ça ! Le plus longtemps que nous ayons attendu un métro (qui venait juste de nous passer sous le nez, précisons-le), c’est 7 minutes ! Il était près de minuit, un soir de semaine (à Bruxelles, tu peux presque l’attendre jusqu’au lendemain matin ton métro à cette heure-là ou si t’es chanceux, t’en as encore un qui arrive après 15 minutes d’attente mais c’est le dernier, faut pas te louper !). Les métros et les stations sont relativement propres, les rames sont loin d’être bondées et tout est clairement indiqué ! Personne ne te bouscule pour passer devant toi (à part, les touristes, évidemment) et bien souvent, tu peux trouver une place assise sans te presser !

Tu veux rejoindre le centre-ville depuis l’aéroport situé à 16 km ? Tu prends la ligne 7 du S-bahn (train qui relie Vienne à sa banlieue), tu y es en même pas 30 minutes (avec correspondance toutes les 15 minutes) et tout ça pour la modique somme de 4€20 (ou 2€10 si tu as déjà une carte de transport pour la semaine). C’est pas le pied, ça ?

10. Par contre, la nourriture viennoise c’est pas le top de la gastronomie ! 

Le traditionnel Wiener Schnitzel

Il fallait bien trouver un défaut à cette ville et le voici ! Notre plus gros problème durant ce séjour a été de trouver des restaurants sympas ! Non pas que les restaurants soient désagréables mais la nourriture autrichienne est principalement composée de saucisse, de pommes de terre et de chapelure et tout ça se révèle relativement lourd pour un petit estomac fragile comme le mien ! Mais, ne voulant pas céder à la facilité des Burger King et autres géants de la mal-bouffe mondiale qui fleurissent un peu partout dans la ville, nous avons tout de même essayé de manger « local » un jour sur deux. Les autres jours, nous nous sommes tournés vers une gentille petite pizzeria familiale et vers une chaîne de fast-food à l’italienne absolument terrifique : Va Piano (je pense que je vous ferai prochainement une chronique spécifique sur cette chaîne tellement elle m’a conquise !).

Par contre, faut quand même l’avouer que niveau pâtisserie, ils se défendent plutôt bien ! 🙂

Voilà pour un premier compte-rendu de notre escapade ! Vous aurez prochainement droit à une petite incursion dans le monde de Sissi mais je vous laisse languir un peu ! 😉