Silas Corey – Le Réseau Aquila 2/2

Je l’attendais avec impatience, il est maintenant lu, le second tome de Silas Corey !

Silas Corey - Tome 2

Il vient clôturer l’enquête sur le Réseau Aquila. Qui est Aquila ? Et que veut-il faire exactement avec le fameux timbre recherché depuis le tome 1 ? C’est ce que nous apprenons ici, en compagnie de Silas.

J’éprouve beaucoup de difficultés à exprimer mon ressenti par rapport à cette BD. Les rebondissements sont nombreux, l’intrigue tient la route, l’humour de Nam et Silas est toujours bien présent mais pourtant quelque chose m’a chipotée à la lecture de ce second tome. Le problème, c’est que je ne sais pas exactement quoi. Peut-être est-ce à cause de la scène dans le centre commercial que je trouve un peu trop « rocambolesque » ou du manque de développement de la psychologie des « méchants ».  Je ne sais pas. J’ai un peu moins apprécié ce tome-ci.

L’histoire du chat manque également de développement : pourquoi Silas croit-il que c’est la réincarnation de son ami ? Pourquoi cela semble-t-il couler de source pour son entourage ? J’ose espérer que cela fera l’objet d’un développement dans les prochains tomes (dites-moi qu’il va y en avoir !).

Cela reste néanmoins une très bonne bande dessinée ! Les dessins sont toujours aussi bien réalisés, c’est un vrai plaisir pour les yeux ! 

Et pour ceux que l’histoire d’amour intéressait… vous risquez d’être surpris !

Ma note :

love4

Publicités

Silas Corey – Le Réseau Aquila 1/2

Le scénariste d’Il était une fois en France, Fabien Nury, revient avec une nouvelle saga sur fond de Première Guerre mondiale, intitulée Silas Corey et dessinée par Pierre Alary.

Silas Corey

Cette saga commence avec un premier cycle de deux tomes, Le Réseau Aquila. Son héros principal, Silas Corey, est un ancien militaire démobilisé pour raisons médicales et reconverti en détective privé. Il est recruté par Georges Clémenceau pour enquêter sur la disparition d’un journaliste qui venait de mettre la main sur un secret d’État.

D’emblée, Silas Corey nous fait penser à un Sherlock Holmes à la française : un homme élégant à l’humour cynique qui aime faire tourner en bourrique les autorités qui font appel à lui. Il est peu scrupuleux, semble motivé exclusivement par l’argent (il cumule les contrats sur la même enquête, rapportant au plus offrant) et s’accompagne d’un majordome dévoué du nom de Nam. Celui-ci, originaire de Cochinchine, cache derrière son air de gentil gentleman asiatique, un redoutable combattant. Chaque personnage possède un caractère qui lui est propre et qui se reflète dans sa physionomie (franchement, il suffit de voir Mme Zarkoff pour comprendre qu’elle traine quelque chose de louche ;-)).

Les dessins, que je trouve encore une fois très beaux, me font penser à ceux d’une autre BD de détectives que je vous ai présentée il y a quelques semaines, celles des Sept détectives. Là encore, les couleurs sont assez sombres, les tons de brun dominent, les décors et les personnages sont travaillés avec beaucoup de détails.

Pour l’instant, l’intrigue me semble assez bien ficelée : elle tourne autour d’une affaire d’espionnage militaire et de collaboration, saupoudrée d’une menace de renversement politique. A la fin de ce premier tome, difficile de voir où cela va nous mener. Visiblement, Fabien Nury va agrémenter tout cela d’une petite romance (tiens, comme c’est original… !), à voir si celle-ci apporte réellement quelque chose à l’intrigue ou si elle est juste là pour contenter le public féminin.

Toujours est-il que j’attends avec impatience la sortie du tome 2, prévue pour la mi-mars !

 

Ma note :