Et puis Paulette… de Barbara Constantine

Parlons aujourd’hui d’un roman dont la mignonne couverture mauve a envahi les étals des libraires il y a déjà de nombreux mois : Et puis Paulette…, de Barbara Constantine.

 BarbaraConstantine

Ferdinand déprime dans sa grande ferme vide depuis que son fils Roland a décidé de partir vivre ailleurs, accompagné de sa femme et de leurs deux enfants. Un jour, il découvre que sa voisine, Marcelline, avec qui il n’a jamais échangé plus de deux mots, survit dans une maison délabrée où l’eau s’infiltre de tous les côtés. Il lui propose alors de s’installer dans sa ferme, le temps d’effectuer quelques travaux. C’est alors que, son meilleur ami Guy se retrouve veuf, lui qui a toujours vécu avec Gaby. Ni une, ni deux, Ferdinand lui propose une chambre ! Suivent les sœurs Lumières, Murielle, Kim et Paulette. Peu à peu, la ferme qui s’était vidée de ses habitants reprend vie au rythme des nouvelles arrivées, chacun ayant à cœur d’apporter son savoir-faire particulier pour améliorer la vie des autres pensionnaires.

Barbara Constantine nous offre encore une fois un roman champêtre dont elle est friande. Celui-ci est assez bien ficelé même si on voit certaines choses arriver de loin. On retrouve la même ambiance que dans Tom, petit Tom, … mais j’ai préféré ce roman-ci, sans doute grâce à ses personnages.

Ce roman, c’est celui d’une auberge espagnole intergénérationnelle où chacun apporte sa pierre à l’édifice. C’est le pari que les « viocs » peuvent encore se débrouiller de manière autonome s’ils bénéficient d’un minimum d’entraide. C’est aussi l’appui des anciens envers la jeunesse, qui a encore tout à apprendre mais qui n’en a pas forcément les moyens.

Les personnages qui forment cette joyeuse bande sont assez attachants : tous un peu bougons, attachés à leurs petites habitudes, ils ont également le cœur sur la main. Bien sûr, vous allez me dire, ça respire les bons sentiments et les clichés, cette affaire-là ! Il y a un peu de cela en effet. Mais les aventures de ces petits vieux qui ont décidé de faire le pari que la vie ne s’arrête pas une fois qu’on a passé la barre des septante ans m’ont réconfortée !  Je ne peux donc que vous conseiller ce livre-doudou qui m’a fait sourire à maintes reprises ! 

Ma note

love4

Publicités

Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom de Barbara Constantine

Voici un roman dont vous êtes certainement nombreux à en avoir déjà entendu parler et même à l’avoir lu : Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom de Barbara Constantine. J’ai souvent trois guerres de retard avec les romans hyper médiatisés parce que j’attends toujours leur sortie en version poche, voire même en librairie d’occasion dont ça prend un certain temps.

Couverture Tom, Petit Tom, Tout Petit Homme, Tom

De cette auteure, je n’avais encore rien lu. J’ai acheté, il y a quelque temps Allumer le chat pour la découvrir mais je ne l’ai toujours pas lu. Du coup, j’ai sauté sur l’occasion quand j’ai vu celui-ci que j’attendais depuis longtemps vu tous les commentaires positifs que j’avais lus et entendus sur lui !

Pour ceux qui seraient complètement passé à côté, ce roman raconte l’histoire de Tom (on s’en serait douté), un petit garçon d’une dizaine d’années qui vit avec sa mère Joss (tombée enceinte à 13 ans) qui a bien du mal à joindre les deux bouts et à assumer son rôle de mère. Il faut dire qu’elle a un sacré caractère et qu’elle n’est pas facile à vivre ! Alors, Tom est obligé de faire son petit marché dans le potager des voisins pour qu’ils puissent manger. Heureusement, ils vivent à la campagne et donc, il trouve son bonheur facilement ! Lors d’une de ses escapades, Tom tombe sur Madeleine, une vieille dame de 93 ans qui s’est écroulée dans son potager quelques heures plus tôt et n’arriver plus à se relever. Tom l’aide à se remettre et c’est le début d’une grande amitié, …

Il s’agit d’une jolie histoire pleine de bons sentiments qui m’a fait passer un joli moment mais ce ne fut pas un coup de cœur.  Barbara Constantine parle de certains sujets assez difficile à aborder : une vieille femme abandonnée par sa famille qui commence à éprouver des difficultés à vivre seule chez elle, une fille-mère qui a dû arrêter l’école pour s’occuper de son enfant et qui n’arrive pas à garder un travail, un enfant qui a déjà des responsabilités d’adulte, etc. Elle parvient à amener tous ces sujets sans alourdir l’ambiance du roman, qui reste agréable à lire. Et à la rigueur, c’est peut-être un peu ça que je lui reproche parce que certaines scènes ont du mal à être crédible. Prenons l’exemple des voisins qui font comme s’ils ne voyaient pas le petit garçon qui vient leur piquer des légumes tous les jours : franchement, vous y croyez, vous ? Moi j’ai du mal à imaginer des gens réagir comme ça dans la réalité.

J’avais également beaucoup de mal à supporter le personnage de Joss : cette fille immature qui abandonne son gamin pendant plusieurs jours dans une caravane au milieu de nulle part pour aller draguer des mecs à la plage, qui veut qu’on arrête de la regarder uniquement pour ses seins mais qui ne perd jamais une occasion de se saouler et de se laisser peloter, qui frappe sur son gamin dès qu’il a le malheur de l’appeler « maman », etc. Plusieurs fois, j’ai eu envie de lui mettre des baffes ! De la secouer en lui disant : »Hey gamine, c’est toi l’adulte dans l’histoire, il serait peut-être temps de t’en rendre compte ?! »

A côté de cela, l’écriture est fluide. On est charmé par la relation qui se crée entre Madeleine et Tom. On a envie que ce petit garçon s’en sorte et qu’il ait une plus belle vie (bon, là encore, certaines choses se passeront un peu trop facilement à mon goût mais je ne voudrais pas spoiler l’histoire).

Cela reste donc une lecture agréable, achevée en quelques heures et qui me donne envie de découvrir d’autres œuvres de l’auteure. J’ai d’ailleurs bien aimé le clin d’œil à Clara de A méli sans mélo !

Ma note :

love3plus