Le Confident d’Hélène Grémillon

Ce premier roman d’Hélène Grémillon a connu un succès bien mérité ! Conseillé et prêté par l’une de mes camarades du club de lecture [merci pour la découverte ! ;)], il avait de bons arguments pour me séduire : des secrets de famille, des histoires d’amour compliquées, le tout sur fond de Seconde Guerre mondiale.

Le_confident_gremillon

Camille, 35 ans, éditrice, vient de découvrir qu’elle est enceinte alors que son compagnon lui a annoncé peu de temps auparavant qu’il ne souhaitait pas avoir d’enfant. Dans le même temps, sa mère décède brutalement, suite à un accident de voiture. Alors qu’elle épluche ses lettres de condoléances, Camille découvre une lettre étrange, racontant le début d’une histoire d’amour entre deux enfants, Louis et Annie. La jeune femme ne connaît pas l’expéditeur, ni aucune personne portant de tels prénoms. Elle croit donc à une erreur. Pourtant, les semaines suivantes, elle reçoit de nouveaux courriers racontant la suite de l’histoire. Elle pense alors qu’il s’agit d’un auteur qui a trouvé une manière originale de lui faire parvenir son manuscrit. Mais peu à peu, un curieux pressentiment la pousse à croire qu’elle est intimement liée à ces gens.

Dans Le Confident, Hélène Grémillon joue avec les époques et les niveaux de narration. Le lecteur suit tour à tour Louis, Annie, Elisabeth et Camille. Chacun raconte son histoire à la première personne, que ce soit par le biais de lettres, de la retranscription d’un témoignage oral ou d’un journal. Les événements sont donc analysés suivant le point de vue de chacun, ce qui donne parfois un éclairage différent sur une scène déjà abordée.

De lettre en lettre, de révélation en révélation, le lecteur en apprend davantage sur l’existence de ces personnages et sur leur incroyable secret. Cette aura de mystère autour de Camille rend la lecture passionnante.

Au travers les épreuves et les joies des protagonistes, ce sont des sujets variés qui sont abordés : l’amour, la trahison, la maternité, la peur du regard des autres ou encore la jalousie.

Un très joli roman qui m’a tenue en haleine durant toute ma lecture. La fin, par contre, m’a laissée perplexe. Qui parle ? Que cela veut-il dire ? Une relecture du dernier passage est nécessaire pour ne pas se tromper de dénouement.

D’un point de vue forme, je suis curieuse de voir à quoi ressemble le grand format. Dans la version poche, l’éditeur a joué sur la typographie pour différencier les modes de transmission du récit. En grand format, il y aurait la possibilité de faire quelque chose de fort joli !

Ma note : 

love4

Publicités

12 réflexions sur “Le Confident d’Hélène Grémillon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s