Le Magicien de Brooklyn de Haley Tanner

Grâce au dernier Masse critique de Babelio, j’ai gagné Le Magicien de Brooklyn, premier roman de Haley Tanner. Je n’avais encore jamais rien lu au sujet de ce roman au moment de faire ma sélection mais il m’a séduite par sa couverture et son résumé.

couverture_magicien_Brooklyn

Vaclav et Lena sont deux jeunes Russes émigrés au USA. Lui a la chance d’avoir une mère décidée à s’intégrer le mieux possible et qui le pousse à réussir à l’école ; elle est orpheline, vivant chez une tante qui semble l’ignorer. Les deux enfants sont inséparables, Vaclav veillant sur Lena comme sur un trésor. Leur rêve ? Monter un spectacle de magie et devenir célèbres. Malheureusement, un jour, Lena ne vient pas à l’école, pas plus qu’elle ne retrouve Vaclac le soir chez lui, comme ils en ont l’habitude. Le petit garçon devra alors attendre huit ans avant de la revoir…

Ce que j’ai aimé au départ, c’est l’histoire d’amour qui unit deux enfants laissés à l’écart par leur condisciple pour leur différence, mais aussi leur complicité et leur difficulté à rencontrer le désir de l’autre. C’est également le fait que l’auteure aborde les thèmes de l’immigration et de l’intégration à travers ces deux enfants.

L’écriture de l’auteure est fluide. Le point de vue est parfois assez naïf car bien que l’histoire soit rédigée à la troisième personne, on y lit le point de vue des enfants, tel qu’ils perçoivent eux-mêmes les situations.

Evidemment, Vaclav et Lena sont mignons comme tout et l’on souhaite que leur histoire se termine en conte de fées, ce qui nous maintient en haleine tout au long de la lecture. Leur relation est largement développée et on comprend aisément les sentiments qui les lient l’un à l’autre. Par contre, leurs relations avec les personnages périphériques sont beaucoup trop laissées de côté : comment Vaclav perçoit-il le comportement de sa mère ? Comment vit-il sa relation avec son père ? Comment Lena a-t-elle vécue sa rencontre avec Emilie ? Etc. L’accent est parfois trop mis sur le petit couple sans que l’auteure n’envisage les conséquences de leurs actes pour leurs proches (ou alors, elle le fait de manière très superficielle).

Je ne comprends pas non plus pourquoi le cirque et son univers épouvantent à ce point la mère de Vaclav ? Certes, elle ne souhaite pas que son fils n’envisage que cette carrière pour son futur mais ses réactions laissent supposer qu’elle cache autre chose sans jamais que cela ne nous soit dévoilé.

De même, on apprend que Lena, devenue presqu’adulte aimerait retrouver l’identité de ses parents et comprendre pourquoi elle a été abandonnée. Elle trouve certaines réponses à la fin du roman mais je suis restée frustrée. En effet, le lecteur n’apprend rien sur la façon dont elle digère l’information ni sur ce qu’elle décide de faire par rapport à sa relation avec Vaclav.   La fin semble bâclée, comme si l’auteure ne savait pas elle-même comment terminer son roman. De même, Haley Tanner nous fait comprendre que la jeune fille a développé plusieurs personnalités afin de gérer certaines situations qui lui échappent sans expliquer comment elle s’y prend ni depuis quand cela lui arrive. L’auteure surfe simplement sur un thème qui a l’air d’avoir un certain succès aux USA puisque c’est la deuxième fois que je le retrouve en peu de temps (c’était le cas aussi dans Angie, 13 ans, disparue… de Liz Coley). Sauf qu’ici, Haley Tanner ne fait qu’effleurer le sujet sans que le lecteur ne puisse comprendre où elle veut en venir (j’ai fait le rapprochement avec l’autre roman, sans cela, je n’aurais certainement pas compris ce passage). Je trouve donc qu’elle n’exploite pas suffisamment certains thèmes qu’elle met en place. Cela manque souvent de travail en profondeur.

Je dirais donc qu’il s’agit d’un premier roman assez sympathique qui se lit rapidement mais ce n’est pas le coup de cœur que laissait présager son synopsis car il laisse trop de questions en suspens. Cela reste néanmoins une très jolie histoire d’amour.

Ps : si vous souhaitez le lire, n’allez surtout pas voir le résumé qu’en fait l’éditeur sur son site, il dévoile beaucoup trop d’éléments essentiels de l’histoire (dont la fin, ce qui n’est pas très malin). Heureusement pour moi, je l’ai lu après avoir terminé le roman !

Ma note :

love3plus

 

Publicités

Une réflexion sur “Le Magicien de Brooklyn de Haley Tanner

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s