Les Chaussures italiennes d’Henning Mankell

Depuis quelques années, la littérature suédoise connaît un certain succès auprès du lectorat francophone (merci Stieg Larsson) et, évidemment, je n’ai pas résisté à la tentation d’y goûter !

Après Katarina Mazetti, c’était au tour d’Henning Mankell et de ses Chaussures italiennes de me faire découvrir les beautés du Nord. Je peux déjà vous dire que l’auteur a un certain talent pour décrire les paysages et les ambiances car il a réussi à me donner envie d’arpenter son île, moi qui déteste tout ce qui s’apparente au froid et à la neige !

Les Chaussures italiennes témoigne du réveil d’un homme de 66 ans, ancien chirurgien orthopédiste, qui vit reclus sur une petite île de la Baltique, héritée de ses grands-parents, avec pour seules compagnes une vieille chienne sourde, une chatte tout aussi décrépie et une fourmilière, qui a pris possession de son salon. Ses seuls contacts sociaux se résument au salut qu’il adresse quotidiennement à son facteur, un hypocondriaque qui l’horripile. Tout bascule le jour du solstice d’hiver, alors qu’il aperçoit, au milieu des glaces, une silhouette de vieille femme, luttant dans la neige avec son déambulateur. Qui est-elle et surtout, comment a-t-elle atterri là ? Il comprend que c’est Harriet, son vieil amour qu’il avait abandonné 37 ans plus tôt sans trop savoir pourquoi et hésite longuement avant de l’accueillir. Cette visite va le contraindre à sortir de sa léthargie et à assumer des responsabilités qu’il avait rejetées depuis très longtemps. Harriet est venu lui demander de tenir SA promesse.

Dans ce roman, Henning Mankell nous emmène dans un périple à travers la Suède et ses forêts enneigées. C’est aussi l’histoire d’une famille, atypique, qui (ré)apprend à tisser des liens, rompus depuis des années. Il y a une réelle poésie dans l’écriture de Mankell mais aussi dans sa description des relations humaines. Ses personnages sont touchants bien que parfois exaspérants.

Ce livre est aussi une leçon de vie, montrant que ce n’est pas parce qu’on a décidé de laisser son existence en suspens, qu’elle ne peut pas, d’un jour à l’autre, reprendre un cours normal et nous apporter son lot de surprises. Malgré des moments assez dramatiques, je trouve que ce roman est surtout porteur d’espoir et foncièrement optimiste.

J’ai été conquise par Les Chaussures italiennes et je me plongerai sans doute dans un autre roman de l’auteur. Pourquoi pas le premier volet de sa saga policière ?!

Ma note

~~~~~~~~

Quelques mots sur l’auteur :

Henning Mankell est un écrivain suédois, né en 1948. Il est essentiellement connu pour sa série policière narrant les aventures de Kurt Wallander (décidément, ils aiment le genre policier, ces Suédois !). Il a également écrit quelques romans pour enfants et a développé une véritable passion pour le théâtre.  Son style est clair et il accorde souvent une grande importance au développement psychologique de ses personnages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s