Je les ai lus en 2012

Vu que ce blog est assez jeune (même pas 2 mois), il est assez loin de présenter tous les livres lus pendant cette année 2012. Puisqu’en ce 31 décembre, l’heure est au bilan, voici une petite rétrospective de mes lectures 2012. Peut-être y trouverez-vous des idées pour allonger votre PAL en 2013.

Côté romans :

  1. Le Club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guenassia
  2. 1984 de Georges Orwell
  3. Le Quai de Ouistreham de Florence Aubenas
  4. Des Vents contraires d’Olivier Adam
  5. Entre le chaperon rouge et le loup, c’est fini de Katarina Mazetti
  6. Chocolat amer de Laura Esquivel
  7. Rosa Candida de Audur Ava Ólafsdóttir
  8. Les Yeux de Lira de Judith Perrignon et Eva Joly
  9. La Symphonie pastorale d’André Gide
  10. Les Inséparables de Marie Nimier
  11. Le Scandale Modigliani de Ken Follett
  12. Elle s’appelait Sarah de Tatiana de Rosnay
  13. Le Lion de Joseph Kessel
  14. La Femme de hasard de Jonathan Coe
  15. Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de M.A. Shaffer et A. Barrows
  16. Les Aventures d’Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll
  17. Les Écureuils de Central Park sont tristes le lundi de Katherine Pancol
  18. Ce que je sais de Vera Candida de Véronique Ovaldé
  19. Malavita de Tonino Benacquista
  20. Un Secret de Philippe Grimbert
  21. Le Magasin des suicides de Jean Teulé
  22. Purge de Sofi Oksanen
  23. La Horde du Contrevent d’Alain Damasio
  24. L’Alchimiste de Paolo Coelho
  25. La Petite Fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel
  26. Le Coeur régulier d’Olivier Adam
  27. Hunger Games, (tome 1) de Suzanne Collins
  28. Vingt-quatre heures dans la vie d’une femme de Stefan Zweig
  29. Hunger Games, L’Embrasement (tome 2) de Suzanne Collins
  30. Hunger Games, La Révolte (tome 3) de Suzanne Collins
  31. Trois femmes puissantes de Marie Ndiaye
  32. The Girls who Kicked the Hornet’s Nest de Stieg Larsson
  33. La Couleur des sentiments de Kathryn Stockett
  34. Début de printemps de Penelope Fitzgerald
  35. Lame de fond de Linda Lê
  36. La Vie sexuelle des super héros de Mario Mancassola
  37. Premier Bilan après l’Apocalypse de Fredéric Beigbeder
  38. Journal d’un corps de Daniel Pennac
  39. L’Ingénue libertine de Colette
  40. L’Étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman
  41. Le Sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari
  42. La Solitude des nombres premiers de Paolo Giordano
  43. Ce qu’aimer veut dire de Mathieu Lindon
  44. Les Bobos, la révolution sans effort de Myriam Leroy
  45. Fahrenheit 451 de Ray Bradbury
  46. Les Chaussures italiennes d’Henning Mankell
  47. Le Caveau de famille de Katarina Mazetti
  48. Charly 9 de Jean Teulé
  49. Twilight – Révélation (tome 4) de Stephenie Meyer

Pour ce qui est des coups de coeur, j’en ai déjà parlé ici. Par contre, mes grandes déceptions ont été : Ce qu’aimer veut dire, Trois femmes puissantes, Début de printemps et Charly 9. Pour le reste, dans l’ensemble, c’était de bons (voire de très bons) moments de lecture. Bon, ok, il a dans cette liste quelques lectures « neurones déconnectés » (je ne vise personne) mais ça fait du bien aussi, de temps en temps !

Côté BDs : 

J’avoue que je ne me rappelle pas de toutes les BDs lues cette année, je me contenterai donc de mettre celles qui m’ont le plus marquée en 2012.

  1. Le Bleu est une couleur chaude de Julie Maroh
  2. Lydie de Zidrou
  3. Trois Ombres de Cyril Pedrosa
  4. Sept Détectives d’Herik Hanna (scénario) et Eric Canete (dessin)
  5. Sortilèges de Jean Dufaux (scénario) et José Luis Munuera (dessin) : tome 1
  6. Le Sursis de Jean-Pierre Gibrat
  7. Lou ! de Dorian Neel : tome 1
  8. Fraternity de Juan Diaz Canales (scénario) et José Luis Munuera (dessins) : Livre 1/2
  9. Fraternity de Juan Diaz Canales (scénario) et José Luis Munuera (dessins) : Livre 2/2
  10. Agence Interpol de Sylvain Runberg (scénario) et Peter Bergting (dessin) : Stockholm – Le Maître de l’Ordre

Sept détectives d’Herik Hanna et Eric Canete

En période de vacances, j’aime assez bien piocher dans la bibliothèque de l’Homme pour lire une petite BD. Sur ses conseils, j’ai découvert avec plaisir Sept détectives d’Herik Hanna (pour le scénario) et d’Eric Canete (au dessin). Il s’agit du treizième tome d’une série basée sur un principe : chaque BD raconte une histoire comprenant sept personnages principaux, appartenant tous à une même catégorie de personnes (ex. : clones, guerrières, naufragés, prisonniers, …).

500x687 - Sept  Sept détectives

Dans ce tome, nous nous retrouvons plongé dans le Londres des années 20 où un mystérieux tueur en série sévit et a exigé que les sept plus grands détectives du monde soient appelés pour tenter de le retrouver. Nous découvrons alors chacun d’un et suivons leur enquête. Vont-ils élucider cette affaire et comprendre pourquoi il a fait appel à eux ?!

L’originalité de cette BD tient dans le fait qu’elle est présentée comme le journal intime d’un des protagonistes, qui a décidé de relater l’enquête. Il y a donc plusieurs pages manuscrites racontant le contexte et les pensées particulières du diariste. A la fin du récit, celui-ci livre également un grand secret touchant cette enquête au dénouement surprenant mais aussi une vieille enquête qui avait rendus fous plusieurs de nos détectives quelques années auparavant.

Les dessins de cette BD sont vraiment très beaux : on retrouve parfaitement l’ambiance du vieux Londres que ce soit au niveau des couleurs utilisées (qui sont assez sombres, je vous l’accorde) ou dans la réalisation des décors. Chaque personnage appartient à un stéréotype : la vieille fille ancienne institutrice (Miss Crumble – rien que pour son nom, je l’adore), le jeune rookie américain, le Français un peu prétentieux, le flic déchu et, surtout, le célèbre détective anglais, peu sociable, toujours accompagné de son fidèle ami médecin (ça ne vous fait penser à personne, évidemment). Je ne m’y connais pas assez en littérature de type thriller-polar pour reconnaître quelqu’un d’autre que Sherlock et Watson mais ça ne m’étonnerait pas qu’il y ait d’autres clins d’oeil.

J’ai vraiment adoré la présentation des personnages en début d’ouvrage : chacun bénéficie d’un dessin en pleine page sur lequel on peut lire 2-3 mots d’introduction. L’intrigue est assez bien menée (même si j’ai eu un doute à un certain moment) et la fin est assez surprenante ! Il y a de l’humour et du suspens, bref … De quoi passer un excellent moment !

La présentation de Miss Crumble

Chaque tome de la série est réalisé par un scénariste et un dessinateur différents (c’est assez à la mode, ce système en ce moment, non ?! Cf. : Destins ou encore Le Casse). Du coup, la qualité de chacun est assez inégale : j’avais lu Sept Clones et je n’avais absolument pas aimé : les dessins étaient corrects mais le scénario était à tirer par les cheveux ! Il vaut donc mieux se renseigner sur chacun au lieu de s’y jeter tête baissée parce qu’on a trouvé le précédent génial.

En tous cas, je vous conseille Sept Détectives, c’est clairement une des meilleures BDs que j’ai lues en 2012 !!

Ma note : 

Trois ombres de Cyril Pedrosa

C’est les vacances, le moment idéal pour lire des BDs ! J’avais lu de très bonnes critiques sur Trois Ombres de Cyril Pedrosa et l’avais donc notée sur ma liste à lire depuis un bon moment. Mais, encore une fois, sachant que ce n’était pas le genre qu’affectionne Chéri, il fallait trouver une autre source d’approvisionnement ! Heureusement, me direz-vous, les bibliothèques existent !

Cette bande dessinée ne m’a pas réellement subjuguée. J’ai relativement bien aimé l’histoire en tant que telle mais les dessins, parfois trop « brouillés » m’ont souvent déplu.

Trois Ombres raconte la réaction d’une famille face à la sourde menace de trois ombres apparues aux alentours de leur maison. Jusque là, la famille (composée du petit Joachim et de ses parents) vivait paisiblement, à l’abri du monde. L’arrivée de ces ombres provoque la fin de leur tranquillité : les ombres sont venues pour Joachim. Comment leur échapper ? Joachim et son père tentent de le faire par la fuite. Commence alors un périple à l’issue néanmoins inévitable.

L’histoire est juste, on ne tombe pas dans le mélo comme on pourrait s’y attendre un peu à la lecture de ce résumé (je n’ai même pas versé ma petite larme, c’est pour dire). Les sujets abordés sont pourtant peu évidents à aborder : comment faire le deuil d’un enfant, le besoin de faire en sorte que la vie continue, etc. Mais malgré la justesse avec laquelle l’auteur traite de ces sujets, je n’ai pas réellement été touchée par cette « jolie » histoire.

Je pense que cette difficulté à rentrer dedans est surtout due au style des dessins : généralement, j’aime que les dessins soient « beaux » , de préférence colorés, et assez travaillés. J’aime aussi que le rendu soit assez réaliste. Dans le cas de Trois Ombres, les dessins en noir et blanc sont assez simples voire parfois trop. La technique utilisée fait penser à celle des eaux fortes. Pourtant, on voit que sur certaines planches, Pedrosa s’est attaché à rendre un maximum de détails, comme sur certaines scènes familiales du début de l’histoire. Par moment, les personnages sont dessinés de manière floue ou alors, on a l’impression que les dessins ont été faits à la va-vite. Certains personnages se confondent (notamment sur le bateau) ce qui complique encore la lecture. Bref, graphiquement, je n’ai pas trop accroché à cette bande dessinée. Je comprends que l’auteur ait voulu l’adapter à la narration : le côté sombre qui rappelle qu’on est dans le drame, l’agressivité qui représente l’urgence, mais tout cela ne me séduit pas.

J’ai tout de même passé un bon moment et je ne regrette pas d’avoir tenté l’expérience. Je chercherais d’ailleurs certainement à lire d’autres BDs de Pedrosa. Portugal publié chez Air Libre m’a déjà fait de l’oeil plusieurs fois et j’adore cette maison d’édition !

Ma note : 

~~~~~~~~

Quelques mots sur l’auteur :

Cyril Pedrosa – Crédit photo : Babelio

Cyril Pedrosa est un dessinateur BD français, né en 1972. Il est connu pour la série Ring Circus à laquelle il a collaboré (dessins et mise en couleurs). Il a également publié chez Fluide glacial une autobiographie dessinée  – Autobio – racontant son anti-bobo attitude (tiens, les Bobos sont un sujet à la mode). Il a reçu plusieurs prix littéraires dont le Prix des Essentiels d’Angoulême en 2008 pour Trois Ombres.